Séries

Je crois que j’ai toujours peint en série. Celles d’hier n’étaient pas dans la même forme, ni dans la même approche que celles d’aujourd’hui. Ma pratique artistique est devenue plus politique, puisqu’il s’agit de mettre en lumière les répétitions de l’histoire du monde. C’est banal que de dire l’histoire se répète… Mais il est plus complexe de vouloir en faire état sous une forme esthétique. La série n’est donc jamais simplicité, et à celui qui s’y engage, elle promet non pas des facilités mais des complexités.

Crucifixions

Pour un athée comme moi, la question de Dieu ne s’est jamais posée. Par contre, celle de la liturgie oui. Comment peut-on parler de sang, de corps à manger, de crucifixion tout en prêchant que Dieu est amour ? Pour moi, définitivement, les religions baignent toujours dans le sang de ceux qui ne croient pas en leurs prophéties. C‘est ce qui a valu, entre autre, à ma famille d’être chassée d’Espagne, et pour moi de naître en France.